Comment arrêter de dire « Concentre-toi » ? et par quoi le remplacer…

S’il est courant de demander à un apprenant d’être attentif, cela s’avère souvent peu efficace : pourquoi et par quoi remplacer cette formule ?

Revenons d’abord à ce qu’est l’attention. La gestion mentale définit l’attention comme l’un des cinq gestes mentaux nécessaires à l’apprentissage. Il est même le premier, celui sur lequel repose tous les autres.

L’attention se décline en plusieurs étapes : il faut :

  • se mettre en projet de prêter attention à l’objet concerné,
  • prendre le temps de le percevoir,
  • le faire exister mentalement dans sa tête,
  • enfin, confronter la représentation mentale de l’objet avec la réalité.

Il s’agit donc d’orienter ses sens et sa pensée sur l’objet sur lequel on doit se concentrer. Cette orientation repose sur une décision préalable, « une mise en projet » selon les termes employés par A. de la Garanderie. Cette décision est l’élément déclencheur de l’attention.

Un défaut d’attention est souvent dû à l’absence de cette décision – on papillonne sans prêter attention à quelque chose en particulier – ou une décision mal orientée : c’est le cas de l’élève qui est, en classe, est attentif aux comportements de ces camarades, au souvenir de telle ou telle activité, ou à l’anticipation de tel ou tel événement.

Dans ces deux situations, il s’agit de ré-orienter l’élève sur l’objet sur lequel il doit être attentif, de l’amener à prendre cette décision d’être attentif à cet objet en particulier. Si on lui dit « mais concentre-toi donc », l’a-t-on aidé à prendre cette décision ? Ce n’est pas certain. L’élève coopératif peut se mettre en projet d’être concentré de manière générale, se répéter « il faut que je sois concentré » sans savoir quoi faire… Il va davantage prêter attention au fait d’être concentré et non à l’objet sur lequel il doit se concentrer.

Que pourrait-on dire ? On aiderait cet élève en l’amenant à prendre la décision d’être attentif à son cours en particulier, c’est-à-dire de se relier à celui-ci. Toute phrase, la plus précise possible, dont l’objet est bien centré sur ce cours, serait la bienvenue : « tiens, pourrais-tu écouter ce cours, et le mettre dans ta tête ? », « aurais-tu besoin de quelque pour être attentif à ce cours ? »

Petit à petit, en renseignant cet élève sur la nécessité de se mettre en projet d’être attentif à tel objet en particulier, on l’entraînera à être autonome en la matière…

 

Menu